Les origines de l’ambre

Etymologie


Le mot « Ambre » vient de l’arabe anbar, désignant à l’origine l'ambre gris qui est utilisé en parfumerie et qui provient d’une sécrétion du cachalot, qui ne faut surtout pas confondre avec l’ambre utilisé pour la confection de bijoux, qui est une résine fossilisée aussi qualifiée de gemme organique.

En grec ancien, cette résine fossilisée portait le nom d’élektron suite à la découverte de Thalès au 7e siècle avant J.C.Thalès a mis en évidence le fait que l’ambre frottée s’électrisait et attirait les corps légers. Il a mis en évidence les propriétés électrostatiques de l’ambre. C’est de ce mot grec que vient notre mot ‘électricité’ aujourd’hui.

Histoire de l'ambre


Depuis l’antiquité, l’ambre est déjà utilisé comme bijoux, amulette, ou ornement par de nombreux peuples celtiques, romains, et a même été retrouvé dans certains tombeaux égyptiens.

Des morceaux d’ambre contenant des fossiles minéraux et organiques de l’époque datant d’avant J.C. ont tôt fait de faire naître l’idée de l’association de l’ambre à la jeunesse éternelle à cette époque. De ce fait, les femmes de la Rome Antique conservaient sur elles un morceau d’ambre, les Celtes le portaient sous forme de perle, et les tombeaux égyptiens renfermaient de l’ambre en vertu de la conservation qu’il garanti.

L’ambre est tout simplement une résine végétale, secrétée par des conifères et fossilisée depuis au moins 40 millions d’années.Son état naturel et sa texture poussent très souvent à qualifier cette résine fossilisée de « pierre précieuse », il s’agit alors d’une erreur. Elle peut cependant être qualifiée de gemme organique.

La région du monde la plus riche en ambre est le littoral de la mer Baltique, dans la région de Kaliningrad en Russie. Il y plus de 40 millions d’années, cette région était couverte de forêts de pins et d’épicéas, qui ont, plusieurs millions d’années ensuite, été recouvertes par les eaux. Des insectes ont été pris dans la résine, des dépôts de feuilles, bois, pollens se sont inclus dans la résine encore à l’état liquide, et ont ensuite été fossilisés car la résine est un excellent agent de fossilisation conservant toutes ces inclusions.Ce n’est qu’au bout de plusieurs millions d’années que la résine se transforme en ambre, via un processus faisant intervenir de nombreux éléments chimiques.

A l’état naturel, les morceaux d’ambre peuvent être translucides ou opaques, de la teinte cognac à miel, en fonction de l’environnement qui entourait le conifère à l’époque, du type de conifère, des dépôts renfermés dans la résine, de la quantité de bulles d’air renfermées dans la résine…

Morceaux d'ambre brut naturel

photo morceaux ambre brut

Chaque morceau d’ambre est donc unique ! Porté à la lumière, l’ambre révèlera toutes ses variétés de tons et de nuances.

Ambre poli et monté sur monture argent

bijoux ambre et monture argent

Ambre poli incrusté d'insectes

ambre poli incrusté d'insectes


L’ambre est récolté sur la plage, dans la mer, ou dans des falaises et mines proches de la mer.C'est à Yantarny, un petit village situé dans l'enclave de Kaliningrad (Russie), que l'on trouve une superbe mine d'ambre. Profonde de 65 mètres, 1 000 tonnes d'ambre étaient extraites durant la période soviétique, et en 2009 cette mine a atteint une production de 300 000 tonnes par an. Le quart est consacré à la fabrication des bijoux et le reste est utilisé dans d’autres domaines (soudure, peinture, médecine).

Photo satellite de Yantarni (On aperçoit à droite la mine d’ambre en blanc)

photo satellite mine ambre à yantarnyy

Pêcheur d’ambre sur les côtes polonaises dans la région de Gdansk

pêcheur ramassant les morceaux d'ambre dans la région de Gdansk en Pologne

 

Reconnaître l’ambre naturel de l’ambre contrefait


La rareté de certains ambres contribue à voir arriver sur le marché de nombreuses pièces contrefaites, réalisées à base de plastique ou de copal (résine de plantes non conifères).

Voici une série de tests qui permettent d’authentifier un ambre naturel d’un ambre contrefait. Attention, le fait de soumettre un de ces tests à une pièce d’ambre risque souvent de le détériorer et cela ne garantit pas à 100% son authenticité et ne garantie en rien sa provenance.

  • Par la chaleur : prenez une aiguille à coudre et chauffer le bout, puis coller le à l’ambre. Si une odeur âcre s’en dégage et qu’une trace noire y est laissée, il s’agira d’ambre contrefait, sinon une bonne odeur de pin devrait s’en dégager.
  • Par le dissolvant : frotter l’ambre avec un coton imbibé de dissolvant (vernis à ongle). L’ambre ne sera pas dissout, le plastique si, et le copal pourra devenir collant.
  • Par l’eau chaude : remplissez un verre d’eau chaude et plongez-y la pièce, l’ambre naturel dégagera une odeur de pin brûlé.
  • Par l’alcool : au contact de l’alcool, l’ambre naturel est attaqué lentement, et le plastique et copal beaucoup plus rapidement.
  • Par l’eau salée : plonger le morceau d’ambre dans un mélange d’eau et de sel. L’ambre naturel et le copal flottent, de nombreux plastiques coulent.
  • Par réaction électrostatique : Frotter l’ambre avec un chiffon de manière à le magnétiser. L’ambre naturel est très électrostatique, la réaction est vérifiable en approchant ensuite le morceau d’ambre des cheveux, ou de papier.
  • Par fluorescence : à la lumière noire, l’ambre naturel fluoresce. Ce test est sans doute celui qui permet d’authentifier avec le plus de précision l’ambre naturel, et sans dommages pour la pièce. 

?